À quoi bon faire du documentaire?

À quoi bon faire des films, du documentaire de surcroit, alors que c’est si difficile de trouver du financement, une boite de production et/ou un diffuseur? Alors que le parcours est si long entre l’idée, l’écriture, la réalisation, le montage et la diffusion? N’a-t-on pas assez d’images? Toutes les histoires n’ont-elles pas été mieux racontées que je ne saurais le faire?

Je n’ai pas de réponse précise à ces questionnements. Mais ce que j’ai par contre, ce sont des moments, des instants de beau et de vérité que j’ai envie de partager. Il y en a qui ne se retrouveront jamais dans un film mais qui resteront en moi et dans le coeur des gens qui y ont participé.

Les Elias
(c) Myriam Leblond

 

J’adore cette photo.

Elle raconte une autre histoire que celle de mon projet de court métrage documentaire sur l’Hotel Wellington. Cette image a été captée lors d’une entrevue avec les membres du groupe The Sharades. On y voit Raymond Élias qui raconte ses souvenirs de jeunesse au sein d’un orchestre populaire, et derrière, David, son fils, preneur de son, qui capte son témoignage. David Élias est aussi musicien, les gars du band de son père le surnomme le mini-Sharades. Cette photo et cette histoire familiale de filiation musicale ne seront pas au montage du film, mais ce qu’elle représente sont l’un des pourquoi du cinéma documentaire.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s